Augmentation du prix de l'immobilier dans les grandes villes

Augmentation continue du prix de l’immobilier dans les grandes villes

Les prix de l’immobilier sont à la hausse dans le logement neuf comme dans l’ancien, mais certaines villes semblent ne pas profiter de ce dynamisme : quelle évolution est prévue pour l’année 2020 ?

Prix de l’immobilier dans les grandes villes : jusqu’où iront-ils?

 

C’est un constat établi depuis plusieurs mois déjà : dans les grandes villes, les prix de l’immobilier ne cessent de grimper, dans le marché du neuf comme de l’ancien, et c’est une tendance toujours d’actualité en ce moment !

 

Pour autant, cette observation est-elle la même à l’échelle du territoire national ? Si les métropoles affichent une augmentation des prix, ce n’est pas forcément le cas des villes moins grandes et moins attractives.

 

Un état des lieux déjà contrasté en 2018

 

C’est surtout dans le logement ancien que le fossé est considérablement creusé. Alors qu’en 2018, Besançon voit ses prix baisser de 6,9% avec un prix au m² de 1934€, Bordeaux affiche une hausse de 12,8% avec plus de 4500€ du m². À l’échelle nationale, le coût de l’immobilier est donc très variable, au regard de certaines villes qui ne bénéficient absolument pas d’un marché dynamique, et qui au contraire, sont totalement délaissées des investisseurs potentiels.

 

Une hausse des prix qui se poursuit en 2019 et en 2020

 

Étant donné que les taux d’intérêts ne cessent de baisser pour les crédits immobiliers, la demande reste au rendez-vous malgré la hausse des prix. Ces taux incroyablement bas incitent toujours plus les acheteurs à investir dans la pierre, puisqu’ils leur permettent une capacité d’emprunt plus élevée.

 

Le marché immobilier des grandes villes est donc toujours plus dynamique, avec une demande conséquente et toujours en hausse, et des prix qui continuent donc de grimper puisqu’il n’y a plus forcément assez d’offre pour répondre aux sollicitations.

 

L’année 2020 ne semble pas échapper à la règle, puisque les taux d’intérêts ne devraient pas remonter avant le deuxième semestre de l’année prochaine. Quand on sait que Paris et Strasbourg comptent 26% d’acquéreurs de plus que de vendeurs, et que ce chiffre peut monter jusqu’à 37% à Lille, on devine aisément que la hausse des prix n’est pas prête de prendre fin, puisque les acheteurs sont toujours plus nombreux.

 

Certaines villes voient leurs prix baisser considérablement

 

Comme énoncé précédemment, cette hausse des prix est à relativiser à l’échelle du pays : certaines villes ne sont absolument pas concernées par ces augmentations et constatent même une baisse de prix depuis les dernières années.

 

Ainsi, Mulhouse voit ses prix au mètre carré chuter de 11% ces dernières années, passant de 1545€/m² en 2015 à 1374€/m² en 2019. Mais elle n’est pas seule : Toulon, Perpignan, Le Havre, Amiens…, ce sont de nombreuses communes qui assistent à la baisse des prix du marché de l’immobilier, mais aussi à un certain délaissement des investisseurs, malgré des efforts fournis pour rendre leur secteur plus attractif.

 

Les villes stars de l’année 2020

 

Pour l’année qui arrive, la tendance va donc se poursuivre, et tout particulièrement dans certaines grandes villes du territoire français qui devraient voir leurs prix décoller d’ici le deuxième semestre de l’année 2020.

 

Toulouse et Nantes en tête avec 9%

 

Selon les prévisions de MeilleursAgents, Toulouse devrait être la star absolue de l’année 2020 : ses prix ont déjà augmenté de 7% en 2019, et devraient encore grimper jusqu’à 9% de plus d’ici le mois de Septembre 2020. Un prix au m² à faire pâlir les plus téméraires, mais rien d’étonnant pour Toulouse, qui fait partie des cinq villes françaises avec le meilleur pouvoir d’achat immobilier.

 

Même augmentation en vue au niveau des prix pour Nantes, qui elle aussi a subi une forte augmentation en 2019 (près de 9% déjà), victime de son succès et notamment d’un marché de l’emploi très attractif.

 

Rennes, Paris, Lilles et Lyon suivent de près avec 6%

 

Si Paris ne fait étonnement pas partie des villes en tête, elle se maintient tout de même avec une hausse prévue de 6% en 2020, ce qui place déjà très haut le prix au mètre carré puisque l’augmentation de plus de 8% cette année le place à 10.115€. Bien que très prisée, peu de foyers peuvent s’offrir le luxe d’acquérir un bien à Paris, et ce marché est donc plutôt investi par des acheteurs d’autres régions, voire d’autres pays.

 

Si à Lille la hausse des prix reste mesurée en comparaison avec d’autres grandes villes (3% en 2019), c’est surtout le niveau de la demande qui est à noter : avec 37% d’acquéreurs de plus que de vendeurs, le marché est clairement saturé, ce qui explique cette hausse prochaine estimée à 6%.

 

Grâce à une réputation solide en matière d’innovation et de nouvelles technologies, Lyon est aussi visée par les prévisions des experts. Bien que le pouvoir d’achat immobilier soit tout juste correct, les atouts de Lyon ne cessent d’attirer les investisseurs qui ne seront probablement pas découragés malgré cette hausse de 6%.

 

Enfin, Rennes rejoint le club des 6% : grande ville en continuelle expansion, Rennes permet de nouvelles opportunités immobilières, avec une volonté de rénover son parc immobilier et de favoriser la construction. Devenue très prisée, cette grande ville verra donc elle aussi ses prix grimper d’ici Septembre 2020.