Âge pour acheter un bien immobilier

Quel est l’âge idéal pour devenir propriétaire ?

Si le marché immobilier français est si dynamique, il y a fort à parier que les jeunes investisseurs y soient pour quelque chose. Quel est le profil d’un primo-accédant en 2019 ?

Investir dans l’immobilier : quel est l’âge idéal pour un primo-accédant ?

 

Les français sont toujours autant convaincus qu’investir dans l’immobilier est une sécurité pour le présent, mais aussi pour l’avenir. Il est bien connu qu’acheter son appartement ou sa maison est plus rentable que de « jeter l’argent par les fenêtres » en déboursant un loyer qui n’apporte aucun avantage à long terme.

La pierre a donc toujours autant de succès, et séduit toujours plus d’investisseurs qui souhaitent se mettre à l’abri. Acheter son logement, c’est débourser parfois moins qu’un loyer pour ne plus jamais avoir à en payer. Mais alors, y a-t-il un âge idéal pour investir ? Si oui, quel est-il ? Analyse du profil des acheteurs.

 

Il est possible d’emprunter à partir de 18 ans

 

18 ans, le bel âge qui permet d’être entièrement responsable de ses actes, et de voir le monde s’ouvrir à vous ! En théorie, il est tout à fait possible de se présenter à une banque dès ses 18 ans pour demander un emprunt.

Cela dit, méditez-bien votre démarche avant de vous lancer. Une banque n’est pas qu’une institution, vous traitez avec des personnes réelles auprès desquelles vous risquez de perdre toute votre crédibilité si vous débarquez sans apport, même avec un travail stable.

La majorité n’est pas forcément synonyme de capacité d’emprunter, car dans l’inconscient collectif, il serait plus « normal » à cet âge de se lancer dans des études supérieures, et il n’est de toute façon pas possible de pouvoir justifier d’une activité professionnelle stable et durable. Cependant, pas de généralité : il est possible d’emprunter dès sa majorité, mais il faudra trouver une banque conciliante, et venir avec des garanties.

En règle générale, il est difficile d’obtenir un prêt avant l’âge de 25 ans, même si cela est faisable selon votre situation personnelle et financière, notamment si vous proposez un gros apport ou que vous disposez de revenus professionnels élevés.

 

Emprunter à partir de 25 ans

 

Un sondage réalisé par les agences ORPI nous aide à mieux comprendre les ambitions immobilières des jeunes actifs. 90% des personnes interrogées confirment leur désir d’accéder à la propriété, et plus de la moitié d’entre eux souhaitent le faire avant leur 35 ans.

Dans la plupart des cas, ce sont des couples qui s’adressent à la banque pour un prêt, ce qui est rassurant puisque les revenus pris en compte sont donc plus conséquents.

Plus l’âge de l’investisseur augmente, plus les banques peuvent se montrer frileuses pour prêter de l’argent, notamment à cause des risques de santé de plus en plus élevés à mesure que la personne vieillit. Cependant, un certain nombre d’acheteurs ont aujourd’hui plus de 45 ans, ce qui montre bien que l’âge est loin d’être un critère indispensable dans une demande de prêt.

 

Qui sont les primo-accédants en 2019 ?

 

Le profil type

 

En cette année 2019, l’âge moyen d’un primo-accédant est à peu près de 35 ans. Parmi ces investisseurs, environ un tiers a tout de même moins de 30 ans, ce qui confirme les résultats du sondage d’ORPI qui met en avant l’intérêt pour l’investissement immobilier chez les moins de 35 ans.

Grâce à une conjoncture particulièrement favorable en matière de taux d’intérêt, les acheteurs n’hésitent plus à s’engager sur la durée, puisque près des trois quarts d’entre eux empruntent sur 25 ans et plus. Pour autant, les banques ne prêtent pas à tout le monde, et favorisent toujours les profils les plus solides. En 2019, 24% des primo-accédants ont un statut de cadre, et plus de 75% sont en CDI.

Philippe Taboret, directeur général adjoint du courtier CAFPI, affirme que les primo-accédants jouent un rôle important dans la dynamique du marché immobilier français : « Cette bonne santé du marché n’est possible que grâce à un moteur puissant : les primo-accédants ».

Grâce à un revenu annuel moyen en hausse d’environ 1,6%, c’est aussi la durée et le montant de l’emprunt qui augmentent du même coup, car ces jeunes investisseurs ne sont pas prêts à faire des sacrifices en termes de surface d’habitation.

 

Vers quels biens se tournent-t-ils ?

 

Lorsqu’il s’agit d’investir dans un bien à usage d’habitation, les primo-accédants favorisent les maisons dans près de 60% des cas. Aujourd’hui, c’est la modernité et l’accès aux nouvelles technologies qui séduisent ces jeunes acheteurs, bien que plus des trois quarts se tournent vers le marché ancien (dans 82% des cas). Les critères principaux qui cadrent leurs recherches : une maison avec jardin disposant d’une grande surface habitable, dans un environnement sécurisé, et au prix abordable.

Mais les trentenaires en quête d’accès à la propriété se tournent aussi vers l’investissement locatif. Dans ce contexte, ils se dirigent plutôt vers des appartements, plus faciles à mettre à la location et à rentabiliser. Ils préfèrent également mettre leur argent dans le neuf, afin de s’éviter des travaux à court terme, et de ne pas avoir de mauvaise surprise ou de souci de vétusté vis-à-vis de leurs locataires.